Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Folies artistiques


Comme au bord de la mer

Publié par Naufrage sur 16 Septembre 2006, 22:00pm

Catégories : #POEISIE

  

Comme au bord de la mer sur le front de séparation

sur la frontière pendulaire 

Le temps donne et retire 

Assène et étale, 

Vomit, ravale, 

Livre regrette, 

Touche, tombe, baise et gémit 

Et rentre à la masse, 

Rentre à la mère, 

Eternellement se ravise 

Sur le front battu de la mer 

Je m’abîme dans l’intervalle de deux lames… 

Ce temps à regret 

Fini, infini… 

Qu’enferme ce temps ? 

Quoi se resserre, quoi se rengorge ? 

Que mesure, et refuse, et me reprend ce temps ? 

Imposante impuissance de franchir, O Vague 

La suite même de ton acte est se reprendre, 

Redescendre pour ne point rompre 

L’intégrité du corps de l’eau 

Demeurer mer et ne point perdre 

La puissance du mouvement 

Il faut redescendre 

Grinçante, à regret, se réduire et se recueillir, 

Se confondre au nombre immuable, 

Comme l’idée au corps retourne, 

Comme retombe la pensée 

Du point ou sa cause secrète 

L’ayant osée et élevée, 

Elle ne peut toujours qu’elle ne s’en revienne 

A la présence pure et simple, A toutes choses moins elle-même, 

Elle-même jamais longtemps, 

Jamais le temps 

Ni d’en finir avec toutes choses, 

Ni de commencer d’autres temps… 

Ce sera toujours pour une autre fois 

Une infinité de fois 

Un désordre de fois 

Entends indéfiniment, écoute 

Le chant de l’attente et le choc du temps, 

Le bercement constant du compte, 

L’identité, la quantité, 

Et la voix d’ombre vaine et forte, 

La voix massive de la mer

Se redire : Je gagne et perds, 

Je perds et gagne… 

Oh Jeter un temps hors du temps 

Plus que seul au bord de la mer, 

je me livre comme une vague 

A la transmutation monotone 

De l’eau en eau

Et de moi en moi

Paul Valery

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents